samedi 10 avril 2021

CANADA - Index des articles

CANADA
Index des articles
(cliquez sur les noms pour y accéder)


Généralités

- Présentation du Canada (janvier 2015)

Alberta

Parc des Rocheuses canadiennes
- Parc de Banff, tour d'horizon (avril 2021)


Colombie-Britannique

Île de Vancouver
- The Butchart Gardens, partie 1 sur 3 (février 2020)
- The Butchart Gardens, partie 2 sur 3 (février 2020)
- The Butchart Gardens, partie 3 sur 3 (février 2020)

Vancouver & côte Pacifique

- Vancouver, l'aquarium de la ville (janvier 2020)


Québec (province)

Bas Saint-Laurent

Capitale-Nationale & ville de Québec
- Québec (ville), la terrasse Dufferin et château Frontenac (version juillet 2019)

- Charlevoix, au fil du Saint-Laurent (juin 2014)
- Chute Montmorency, plus haute que Niagara (version juillet 2019)
- Deschambault, village de charme (juillet 2019)
- Île d'Orléans, tour de l'île (novembre 2014)
- Parc national de la Jacques-Cartier, sentier "l'Aperçu" (août 2019)
- Sainte-Anne de Beaupré, la basilique (octobre 2013)

Côte-Nord
- Baie Sainte-Marguerite, jusqu'au fjord du Saguenay (janvier 2014)
- Tadoussac, le village des baleines (juin 2019)

Montréal
- Biodôme, le festival des animaux (décembre 2013)
- Château Ramezay, il se souvient (décembre 2013)
- Centre-ville, balade urbaine (version juin 2019)
- Mont Royal, la "montagne" de Montréal (novembre 2013)
- Parc Jean-Drapeau - Le Parc des îles (août 2013)
- Stade Olympique, et sa tour penchée (décembre 2013)
- Tour 1 Place Ville Marie, découverte panoramique de la ville (juillet 2019)

Mauricie
- Trois-Rivières, le centre ancien et le couvent des Ursulines (décembre 2013)

Saguenay-Lac Saint-Jean
- Fjord duSaguenay, Sainte-Rose et la rive Nord du fleuve (version janvier 2019)
- Lac Saint-Jean, à Saint-Gédéon (juillet 2013)
- Lac Saint-Jean, le village historique de Val-Jalbert (septembre 2013)


Outaouais
- Gatineau-Ottawa, le musée de l'Histoire - ex-Musée des Civilisations (août 2013)
- Montebello, le parc oméga (avril 2014)


Ontario (province)

Ottawa
- Colline du Parlement, centre politique du pays (mai 2013)



 Carte Générale du Canada (source Google)

Carte satellite du Sud de l'Ontario et du Sud du Québec (source Google)

Sud de la Colombie-Britannique et de l'Alberta




L'arrondissement historique du Vieux Québec, le parc provincial Dinosaur, le précipice à bisons Head-Smashed-In, les Parcs des montagnes Rocheuses canadiennes (dont les parcs Banff et Jasper), le Parc national de Miguasha, le Canal Rideau sont classés au patrimoine mondial par l'UNESCO.



La chute Montmorency près de la ville de Québec, province de Québec


CANADA - Alberta - Le Parc national de Banff

Le Parc national de BANFF

Étoile du Parc des Rocheuses canadiennes*****


Voici un article d'introduction sur cette partie du Parc national des Rocheuses canadiennes. L'occasion de faire un petit tour d'horizon de quelques uns de ses nombreux points d'intérêts. L'enchaînement des illustrations suit globalement le trajet de la vallée de la rivière Bow du Nord au Sud.

 

Le Banff National Park couvre 6 641 km2, il situé en Alberta, à la frontière de la Colombie Britannique, dans les Montagnes Rocheuses canadiennes à 120 km à l’Ouest de Calgary. Il forme avec les parcs de Jasper (au Nord), Yoho (à l’Ouest) et Kooteney (au Sud) le Parc National des Montagnes Rocheuses canadiennes. D’autre parcs, provinciaux ceux-ci, complètent l’immense zone de protection naturelle centrée sur la chaîne montagneuse. Il est particulièrement connu pour ses lacs et ses glaciers. La petite ville de Banff représente la seule réelle agglomération peuplée à l’année au sein du parc. Petit centre économique du secteur, elle s’est développée à l’arrivée de la ligne de chemin de fer Canadian Pacific à la fin du XIXe siècle. Les infrastructures routières ne seront finalisées qu’au début du XXe. La route Transcanadienne traverse le parc entre Canmore, à l’Est, et le parc de Yoho, à l’Ouest en passant par Banff. Le village de Lake Louise se trouve à la jonction de la route Transcanadienne et de la promenade des Glaciers venant du Nord et conduisant à Jasper (230 km). Ce parc est l’un des plus visités du pays.


La Route des Glaciers (Icefields Parkway) tout au Nord du parc de Banff en venant de Jasper, à gauche la Cirrus Mountain

Weeping Wall ("le Mur qui pleure") et sa grêle et haute cascade



Trois vues de la rivière Saskatchewan Nord et de sa vallée dans le même secteur de Weeping Wall


Histoire du site

Des traces d’activité humaine dans le secteur remonteraient à plus de 8 300 ans. La construction de la ligne de chemin de fer transcontinentale débute en 1875. Des sources thermales, signalées en 1859, servent de prétexte à la création du parc. Une décision gouvernementale décide de transformer en réserve les 26 km2 englobant toutes les sources thermales en novembre 1885.  La zone est ensuite étendue vers le Nord jusqu’aux Champs de glace. La création du Parc des Montagnes Rocheuses canadiennes est promulguée en juin 1887. Il compte alors 674 km2 (historiquement deuxième parc en Amérique du Nord, derrière Yellowstone aux USA). Il est agrandi en 1902 pour couvrir 11 400 km2 avant d'être à nouveau réduit en 1911 à 4 66 km2, sous la pression des lobbys d’exploitation. Il prend sa taille quasi définitive en 1930 : 6 697 km2. En 1949 les limites sont fixées à 6 641 km2. Le Parc national de Banff est alors individualisé. Les grands hôtels Banff Springs et Lake Louise sont édifiés à cette époque. Les activités touristiques prennent progressivement de l’importance. La connexion routière de Banff ne se fait qu'en 1911 avec Calgary et en 1920 avec Lake Louise.


L'une des plus belles vues de la route des Glaciers à Saskatchewan River crossing au site Howse Pass viewpoint




Quatre autres vues depuis Howse Pass viewpoint

Mésangeai du Canda posé sur un conifère du parc

L'un des lacs Waterfowl, au fond, le Mont Patterson (3 197 mètres)


Relief et géologie

Les Rocheuses sont formées de plusieurs chaînes parallèles orientées Nord-ouest/Sud-est : les Contreforts des Rocheuses, les Chaînons Frontaux (Front Ranges), les Chaînons Principaux (Main Ranges) qui constituent l’épine dorsale des Rocheuseset les Chaînons Occidentaux (West Ranges). Le relief est ici marqué par l’érosion glaciaire avec la présence de vallées profondes en U dont certaines, suspendues, se terminent en chutes d’eau. L'altitude dans le parc varie de 1 350 m dans la vallée de la Bow, à 3 618 m au sommet du mont Assiniboine.

Les Rocheuses Canadiennes sont constituées de roches sédimentaires : schiste, grès, calcaire et quartzite. L’orogénèse du secteur s’étend sur une longue période allant du Précambrien au Jurassique. L’érosion opère depuis environ 80 millions d’années, en particulier dans les chaînons frontaux. Il existe à Banff de nombreuses montagnes à double pente : raide d’un côté (50 à 60 °) et plus douces du côté des strates érodées ; mais on trouve également des formations plus complexes. Le bassin versant correspond à celui du fleuve Nelson qui nait du lac Winnipeg et se jette, au Nord, dans la Baie d’Hudson. Le lac collecte en fait les eaux de plusieurs rivières issues des Rocheuses : la rivière Bow, la rivière Saskatchewan Nord, … Les nombreux lacs ont fait la renommée du parc : le lac Moraine et le lac Louise occupant les deux premières places du podium. Les champs de glace et les glaciers sont deux autres attraits majeurs du parc. La Promenade des Glaciers (Icefields Parkway) relie Lake Louise à Jasper et donne accès à de nombreux glaciers et lacs glaciaires des parcs de Banff et de Jasper. Le champ de glace de Wapta appartient en totalité au parc de Banff. Celui de Columbia se trouve à cheval sur les deux parcs. Les glaciers subissent de plein fouet le changement climatique et marquent un recul permanent depuis plusieurs années (-25% en moyenne au XXe siècle) …



Deux vues du lac Peyto de 5,3 km2 (1860 mètres d'altitude), au fond, le pic Caldron (2 911 mètres)

L'extrémité Nord du lac Peyto, très reconnaissable et la rivière Mistaya qui en est l'émissaire


Climat

La pluviométrie dans le parc de Banff est inférieure à celle du parc Yoho, à l’Ouest, en raison de sa situation orientale par rapport aux lignes de crêtes du relief qui limitent le passage des nuages. L’influence océanique du Pacifique s’y fait, malgré tout, encore sentir et le climat est, ici, moins continental qu’au centre de l’Alberta. L’amplitude thermique y est donc assez limitée (entre -15°C à 22°C). Les chutes de neiges atteignent plus de 230 cm dans le secteur chaque hiver.



Deux vues du lac Louise (0,8 km2) situé à 1 750 mètres d'altitude et de son glacier, tout au fond


L'hôtel Lake Louise vu de la rive opposée

Séance de canoë sur le lac

Le lac Louise et son hôtel, au loin, depuis le pied du glacier


La ville de Banff

Fondée en 1883 et traversée par la rivière Bow, il s’agit d’un carrefour commercial et culturel du parc. Plusieurs musées y sont installés. S’y tiennent également des festivals et des animations saisonnières. L’agglomération compte plus de 7 400 résidents permanents. Le village de Lake Louise se trouve à une cinquantaine de kilomètres à l’Ouest de Banff. L’hôtel Château Lake Louise représente le fleuron de l’hébergement dans le parc.

Les sports d’hiver

Site privilégié des activité sportives hivernales, les épreuves de ski de fond des Jeux Olympiques d’hiver de Calgary en 1988 se déroulèrent autour de Canmore, près du parc. Des pistes de skis sont praticables dans le parc ou dans les environs.


L'ancienne gare en bois de Lake Louise...

... devenue restaurant

La rivière Bow à Lake Louise


La rivière Bow à Banff


Intérieur et extérieur du Lieu historique national du Musée-du-Parc-Banff et ses collections d'histoire naturelle



Milieu naturel

La loi de préservation des parcs canadiens est modifiée en 1988 et donne un rôle central à l’écologie dans la gestion des espaces protégés. Le parc des Rocheuses canadiennes, dont celui de Banff, est inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO en 1984.

La flore du parc se répartit en 3 écosystèmes :

- Montagnard (3%) entre 1350 et 1500 mètres d’altitude. On y trouve des sapins de Douglas, des peupliers faux-tremble, des pins tordus et des graminées en zone sèche. Des épinettes blanches, des peupliers baumiers et des arbustes occupent les zones humides.

- Subalpin (53%) formé d’épinettes d’Engelmann, de pins tordus et de sapins dans la partie basse. Au-dessus de 2000 mètres, on y croise également des prés d’arbustes nains

- Alpin (44%) situé au-dessus de la limite des arbres (2300 mètres d’altitude). Des prairies alpines, des glaciers et de la roche nue y sont surtout visibles.


La faune comporte plusieurs types d’animaux :

- Des mammifères : wapitis, orignaux, chèvres de montagne, mouflons, ours noirs, grizzlis, caribous, cerfs, cougars, lynx, carcajous, belettes, loutres de rivière, castors, écureuils, pikas et loups.

- Des amphibiens : quelques espèces de crapauds et grenouilles.

- Les espèces d’oiseaux sont nombreuses : pygargues à tête blanche, aigles royaux, buses, balbuzards pêcheurs, faucons, pics, merlebleus azurés, mésanges, pipits, lagopèdes, hérons, canards, …

- Des poissons de rivière : ombles et truites arc-en-ciel.



Deux vues du lac Moraine (50 hectares et 1884 mètres d'altitude) sous la neige dès le 1er octobre !



En bref…

Banff est un parc qui se hisse dans les touts premiers rangs des parcs canadiens. Il rassemble probablement les plus beaux lacs glaciaires du pays. Même si le réseau routier se limite à deux grands axes, il est aisé d’accéder à de nombreux sites panoramiques ou à des promenades de niveau facile. On peut aussi y profiter des sources thermales, d’infrastructures sportives (skis en particulier). Il est possible de randonner de façon prolongée et de camper dans l’arrière-pays du parc en se signalant au préalable. Des terrains de camping sont aménagés. Les photos de cet article ont été prises au début de l'automne 2018.



Carte satellite de l'Ouest canadien (source Google)

Plan du parc de Banff (source site officiel)

Carte de la promenade des Glaciers (source site officiel)

Accès

-De Calgary, il faut compter 1h20 environ pour parcourir les 130 km jusqu’à la ville de Banff par la Transcanadienne.

-De Vancouver (Colombie Britannique), 9h30 et 850 km par la BC-5 puis la Transcanadienne

Il n’est pas nécessaire d’avoir de laissez-passer pour emprunter les routes qui traversent le parc. Il en faut un en revanche pour pouvoir y séjourner et profiter de ses infrastructures et sites naturels. L'entrée du parc seul est à 10$Ca par adulte et gratuit pour les moins de 18 ans. Le pass « Carte d’entrée Découverte » en 2021 coûte 69,19 $Ca par adulte et pour 12 mois et pour tous les parcs nationaux du Canada ! C’est gratuit pour les moins de 18 ans !

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site officiel du parc (en français) en cliquant sur ce lien !


Dernier coup d'œil au lac Louise et son glacier


jeudi 8 avril 2021

PHOTOs en vrac - Le Chaltérophile

 


"Le Chaltérophile" (Birdybuilder) bronze d'après le Chat de Philippe Geluck exposé actuellement sur les Champs-Élysées de Paris (75008)



mardi 6 avril 2021

FRANCE - Île-de-France - Index des articles

FRANCE - Île-de-France
Index des articles
(Cliquer sur les noms pour y accéder)


Paris (75)
Pour accéder à l'index des articles sur Paris, veuillez cliquer ici !

Seine-et-Marne (77)
- Champeaux, la collégiale (mise à jour août 2017)
- Coulommiers, la commanderie des Templiers (septembre 2013)
Val d'Oise (95)
- Royaumont, l'abbaye (mai 2014)




   La ville haute de Provins , le Palais et le parc de Versailles, les rives de la Seine à Paris (et leurs monuments) sont classées au patrimoine mondial par l'UNESCO. L'art de la fauconnerie est classé au patrimoine immatériel par l'UNESCO.



Carte satellite de la région Île-de-France (source Google)



Soleil couchant sur les rives du lac de Vaires-sur-Marne (77), futur site olympique, Île-de-France


FRANCE - Île-de-France - Les illuminations de Noël au Château de Vaux-le-Vicomte

Les illuminations de Noël Château de VAUX-le-VICOMTE

Fouquet en lumières ! ****


Demeure de Nicolas Fouquet, le château précurseur de Versailles, impressionne également par son parc et ses jardins à la française. C'est le célèbre paysager André Le Nôtre qui conçut les parcs et jardins du domaine sur un site préexistant. Pour en savoir plus sur le domaine, vous pouvez lire en préambule l'article consacré au parc et aux jardins du château en cliquant ici, SVP !

Voici une promenade illustrée du domaine permettant de découvrir les extérieurs du château, les plans d'eau et l'étendue des jardins au cours des illuminations de Noël 2020...






Le musée des équipages converti en une grande crèche (5 photos ci-dessus)



Les écuries au crépuscule (deux clichés ci-dessus)


Ange lumineux



La silhouette du château à la tombée du jour (deux photos ci-dessus)


Allée décorée de sapins illuminés


Sapins dans la cour d'honneur


La façade Nord illuminée


Douves en eau et façade en lumière


L'angle Sud-ouest du château


Ecureuil lumineux


En bref...

Certainement le plus beau parc en Île-de-France après Versailles. A découvrir absolument si vous passez dans la région ! Visites en journée et même "aux chandelles" les soirs d'été : moment féerique... La visite pendant les fêtes de fin d'année apporte une autre dimension et le son et lumière, bien que limité à la façade du château, est une réussite technique !


Carte satellite situant Vaux-le-Vicomte par rapport à Melun (source Google)


Accès

- De Paris comptez moins de 40 minutes (hors embouteillages !) pour parcourir les 55 km de route par l'A4, l'A104 puis l'A5b. Attention, le château se situe sur la route D215 et sur la commune de Maincy (77) !

- De Melun, une dizaine de minutes pour faire les 5 km jusqu'au château.

Tarifs (2020) : 14,90€ par adulte pour le son et lumière de Noël.


Les jardins à la française au Sud du château








Sept vues de la façade Sud du château pendant le son et lumière


Le Bassin du Parterre de la Couronne illuminé








Sept vues rapprochées de la façade Sud au cours du son et lumière


Un dernier coup d'œil au château (façade Nord)